ELSE 5

Couverture : Robert Mitchum, Thunder Road, 1958

Sommaire

1 - Antidote aux flous
Présenté par Werner Kühler

2 - Claude Closky, Photos d’écran
Présenté par Véronique Terrier Hermann

3 - X Marks the Spot
Présenté par Joachim Schmid

4 - Red Dots
Présenté par Erik Kessels

5 - La Normalité
Présenté par Florent Brayard

6 - Anita Cruz-Eberhard, Digital Ikebanas
Présenté par Sam Stourdzé

7 - Anouck Durand, Mihal, photographe des frontières
Présenté par Véronique Terrier Hermann

8 - Norman Mustill, Twinpak
Présenté par Yannick Bouillis

9 - Christian Lutz, La Peur de (se) voir
Présenté par Sam Stourdzé

10 - Laia Abril, Thinspiration
Présenté par Joan Fontcuberta

11 - Zone d’irréalité
Présenté par Sam Stourdzé

12 - Victor Hasselblad, Le Petit oiseau va sortir
Présenté par Clément Chéroux

13 - L’Amore nella vita sessuale di Sha Kokken
Présenté par Christoph Schifferli


Je veux voir

Des usages multiples de la photographie, il en est un qui rassemble des pratiques aux finalités disparates. C’est le « Je veux voir », exigence clamée par les photographes, qu’ils soient artistes, amateurs ou scientifiques.

Chez le regardeur, la revendication est plus globale : « Je veux tout voir », comme si le tout garantissait la liberté de voir. Le diffuseur, lui, oppose sa volonté de contrôle à la liberté du regardeur, de l’enjolivement des images jusqu’à leur censure.

C’est la lutte des images dans un trio avec l’auteur, le diffuseur et le regardeur. C’est une question de pouvoir et de révolte. Le pouvoir central installe le photographe officiel des frontières mais l’usage privé de la photographie lui est formellement interdit, tandis que le pouvoir de la presse retouche avant publication ses photographies de cinéma.

Ici, on efface un personnage, là, on recadre, on sélectionne ce que l’on veut donner à voir. La fabrique des icônes modernes est en marche, de la propagande au glamour…

Mais les images se révoltent et, avec elles, leurs auteurs. Si la partie se joue sur le terrain de la possibilité de voir, alors c’est tout le régime de diffusion qui est repensé, comme dans ces autoportraits de jeunes filles anorexiques postés en ligne. Ils s’échangent, se commentent, hors des canaux habituels de diffusion.

Comme ce travail sur une église évangélique dont une décision de justice vient d’interdire la diffusion. Mais déjà le photographe réagit en barrant ses images du texte de la plainte.

La liberté de voir s’exerce comme un contrepouvoir. Faut-il donc à ce point avoir peur des images pour en réclamer le contrôle? Comme cet animal qui se passerait bien de l’ajout d’un point rouge sur sa photographie. C’est la désignation de la zone de tir, le signe de l’impact mortel. Sans lui, il gambade, avec, il meurt.

La photographie, et plus encore l’usage que l’on en fait, est le marqueur d’une époque, le révélateur de notre relation à l’autre, au monde et à nous-mêmes. En témoigne cet album de famille qui porte en lui l’horreur. Pétrifiés, on se dit que ce n’est pas des images dont il faut avoir peur.

Sam Stourdzé
Directeur du Musée de l'Elysée (2010-2014)


Ont contribué à ce numéro :

Jean-Christophe Blaser
Conservateur au Musée de l’Elysée, Lausanne. Il a notamment été cocommissaire de l’exposition reGeneration : 50 photographes de demain, présentée en Europe, aux Etats-Unis et en Chine. Commissaire indépendant d’expositions de photographie et d’art contemporains, il est président de Kunstart, association qui gère le CAN, Centre d’art de Neuchâtel.

Yannick Bouillis
Après des études de philosophie, Yannick Bouillis (1972, France) devient journaliste (Asahi Shimbun — affaires européennes) puis marchand de livres rares et contemporains (livres d’artistes / photographie / graphisme). Il est aujourd’hui spécialisé dans les questions de l’image (photographie et nouveaux médias) et s’intéresse aux nouvelles médiations dans l’art (muséalités et pratiques éditoriales innovantes… ). Basé entre Arles et Amsterdam, il est le créateur et directeur d’Offprint Paris et d’Amsterdam Art Book Fair. Il prépare un essai sur la relation entre poésie et art contemporain.

Florent Brayard
Florent Brayard est chercheur au CNRS (Centre de recherches historiques). Il a publié plusieurs livres sur le négationnisme et l’histoire de l’extermination des juifs. Son dernier livre, Auschwitz, enquête sur un complot nazi, a été publié au Seuil en 2012.

Clément Chéroux
Conservateur pour la photographie au Centre Pompidou – Musée national d’art moderne, Paris. Historien de la photographie, Docteur en histoire de l’art, il dirige la revue Etudes Photographiques. Il a été commissaire des expositions Mémoire des camps : Photographies des camps de concentration et d’extermination nazis, 1933-1999 (2001), Le Troisième oeil: la photographie et l’occulte (2004), La Subversion des images : surréalisme, photographie, film (2009), Shoot ! La photographie existentielle (2010), Edvard Munch: l’oeil moderne (2011), Derrière le rideau, l’esthétique Photomaton (2012).

Joan Fontcuberta
Vit et travaille à Barcelone. Depuis quarante ans de travail photographique prolifique, il a développé une oeuvre tant artistique que théorique centrée sur les conflits entre nature, technologie, photographie et vérité. De nombreux musées lui ont consacré une exposition personnelle, dont le MoMA de New York, le Chicago Art Institute et le Valencia IVAM, et ses oeuvres ont rejoint les collections d’institutions internationales, dont le Metropolitan Museum of Art, le San Francisco MoMA, la National Gallery of Art, le Folkwang Museum, le Musée national d’art contemporain — Centre Georges-Pompidou, le Stedelijk Museum, le MACBA, le MNCARS.

Erik Kessels
Directeur de création chez KesselsKramer, une agence indépendante internationale de communication basée à Amsterdam et Londres, Kessels (1966) a publié plusieurs ouvrages de photographie vernaculaire chez KesselsKramer Publishing, dont la série In almost every picture. Il est l’un des éditeurs du magazine alternatif de photographie Useful Photography, avec Hans Aarsman, Claudie de Cleen, Julian Germain et Hans van der Meer. Il est commissaire de nombreuses expositions et a coorganisé From Here On (2011). En 2010, il a reçu le prix de la ville d’Amsterdam pour les arts.
www.kesselskramerpublishing.com

Werner Kühler
Photographe et collectionneur allemand (1968, Bochum). Après des études dans une école d’art à Düsseldorf, il décide de ne pas devenir artiste, mais de pratiquer, au gré des occasions ou des commandes, tout l’éventail de la photographie appliquée. Depuis une quinzaine d’années, il collectionne la photographie vernaculaire.

Christoph Schifferli
Né en 1950 à Zürich, il a étudié la sinologie et l’histoire économique à Paris; en 1980, il effectue des recherches en Asie, ainsi que diverses activités dans les secteurs technologiques et de l’édition. Depuis 1983, il est principalement engagé dans les domaines du multimédia et de l’Internet. Christoph Schifferli collectionne la photographie et les livres d’artistes depuis les années 80.

Joachim Schmid
Artiste basé à Berlin qui travaille avec la photographie anonyme depuis le début des années 1980. Il été exposé de par le monde et a intégré de nombreuses collections. En 2007, Photoworks et Steidl ont publié une monographie intitulée Joachim Schmid : Photoworks 1982-2007, en association avec sa première exposition rétrospective. En 2012, les éditions Johan & Levi ont publié le livre Joachim Schmid e le fotografie degli altri (Joachim Schmid et les photographies des autres) à l’occasion d’une exposition au Museo di fotografia contemporanea à Milan.
www.schmid.wordpress.com

Sam Stourdzé
Directeur du Musée de l’Elysée et rédacteur en chef de ELSE de 2011 à 2014. Depuis plusieurs années, il étudie les mécanismes à l’oeuvre dans la circulation des images, avec pour champ de prédilection les rapports entre photographie, art et cinéma. Il a publié plusieurs livres et organisé de nombreuses expositions, notamment Le cliché-verre de Corot à Man Ray, les rétrospectives Dorothea Lange et Tina Modotti, Chaplin et les images ou encore Fellini, La Grande parade.

Véronique Terrier Hermann
Docteur en Histoire de l’art, professeur à l’école des Beaux arts de Nantes, elle travaille plus particulièrement sur les liens qu’entretient l’art contemporain avec le cinéma et le documentaire.

Les autres numéros

Découvrez tous les numéros depuis juin 2011.

En savoir plus

Abonnez-vous !

Depuis la Suisse

Dynapresse
Av. Vibert 38
1227 Carouge
Tél. : 022 308 08 08
abonne(at)dynapresse.ch

S'abonner en ligne


Depuis l'étranger

KD Presse
Vente en ligne au numéro & abonnements internationaux

S'abonner en ligne

 

Contact

Arthur Brügger
Coordinateur éditorial & secrétaire de rédaction

Email : arthur.brugger(at)vd.ch