Laurence Rasti

Laurence Rasti

Suisse, née en 1990

Iranienne par ses deux parents, Laurence Rasti a grandi en Suisse dans une hybridation culturelle qui la pousse très tôt à explorer les notions d’identité, souvent paradoxales, régies par ces deux cultures, afin d’y confronter le pouvoir des sexes et la frontière entre masculin et féminin.

Alors que de plus en plus de pays occidentaux tolèrent le mariage entre personnes du même sexe, l’homosexualité reste passible de peine de mort en Iran. Seule pratique tolérée par la loi – parce que considérée comme pathologique – la transsexualité subsiste l’unique option pour ceux qui ont fait le choix de rester en Iran. Mais la majorité de ces jeunes gens a décidé de quitter le territoire pour rejoindre des pays dans lesquels ils pourront librement vivre leur sexualité.

Le travail en immersion de Rasti l’a ainsi menée à Denizli, petite ville de Turquie par laquelle transitent ces centaines de réfugiés homosexuels iraniens, en attente d’une autorisation providentielle pour rejoindre une terre d’accueil synonyme de liberté retrouvée. Dans un contexte où l’anonymat demeure encore la meilleure protection, cette série photographique questionne dès lors les notions fragiles d’identité et de genre, tentant de redonner à ces jeunes un visage qui leur a été momentanément volé.


Ecoles

ECAL – Ecole cantonale d’art de Lausanne, Lausanne, Suisse, 2011 – 2014
CFPAA – Centre de Formation Professionnelle Arts Appliqués, Genève, Suisse, 2005 – 2009

Site

www.laurencerasti.ch

Oeuvre
Laurence Rasti, de la série Il n’y a pas d’homosexuels en Iran, 2014
Tirages jet d’encre
55 x 44 cm
© Laurence Rasti / ECAL

L'artiste du jour

Découvrez tous les jours à 15h15, pendant les 50 premiers jours de l'exposition, l'univers créatif d'un artiste de reGeneration3 dans une courte interview en vidéo.

Voir les vidéos