[CONTRE]CULTURE / CH

Du 04 décembre 2011 au 29 janvier 2012

Karlheinz Weinberger, Zürich, 1962 © P. Schedler, Warth ( CH ), courtesy Musée de l’Elysée, Lausanne

Le Musée de l’Elysée propose une exposition originale sur le thème de la contre-culture en Suisse, telle qu’elle s’exprime dans la photographie et les arts visuels des années 1950 à nos jours.
L’exposition est une mise en contexte du travail de plus de vingt-cinq photographes, artistes, cinéastes ou vidéastes. Elle montre divers aspects de la contre-culture des années 1960 et 1970, puis la photographie critique qui lui a succédé.

La contre-culture des années 1960 a bouleversé les valeurs traditionnelles dans les domaines du privé et du public, elle a redessiné des contours culturels et politiques qui vont des projets de prise de pouvoir à la libération sexuelle, du réalisme à l’utopie, du possible à l’impossible. Après cette longue période de conquête de la liberté, notamment de la liberté artistique, la contre-culture disparaît au cours des années 1980, recyclée par la mode, le consumérisme et l’économie libérale. La société passe d’un pouvoir patriarcal à une idéologie du désir et de la consommation. Le village planétaire des années 1980 est aujourd’hui devenu le terrain de la mondialisation.

Lorsque tout est évalué à la même échelle de valeur, tout peut devenir objet de récupération. La culture contemporaine mélange la tradition et la modernité, et elle est désormais intégrée de manière très directe à l’économie de marché. Dans un environnement politiquement correct, les approches visuelles critiques contemporaines se manifestent généralement par un discours décalé.


De la subversion à l'expression critique
Dans sa partie historique, l’exposition parcourt la vie des « Hell’s Angels » version suisse photographiée par Karlheinz Weinberger, aborde l’utopie politique des années 1960 d’un Luc Chessex qui quitte la Suisse pour s’installer à Cuba, ou revient sur le décalage provoqué par Harald Szeemann à la Biennale de Venise en 2001, lorsqu’il décide d’y présenter Arnold Odermatt, photographe de la police du canton de Nidwald.

Dans son volet contemporain, l’exposition présente les travaux récents  de photographes suisses qui interrogent sans relâche la question de l’identité, à travers le paysage, l’environnement, la sécurité, jusqu’au chalet suisse, symbole ultime du sentiment identitaire helvétique né à la fin du XIXe siècle.

Chaque regard est confronté à un autre et ce sont leurs accumulations qui font l’exposition. Ruptures, fragilités, décalages ou seconds degrés minent les certitudes et tracent en filigrane les balises d’une autre vision de la société, de ses mœurs, de sa politique ou son expression artistique.

S’il n’existe plus de contre-culture proprement dite, l’expression artistique contemporaine utilise avec intelligence et originalité les outils critiques que sont l’humour, l’ironie, le montage, le collage ou le décalage.

 

Artistes :
Emmanuelle Antille, Fred Boissonnas, Luc Chessex, Jean-Luc Cramatte, Nicolas Crispini, Claude Baechtold, Stefan Burger, Adolphe Braun, Leo Fabrizio, Francis Frith, Matthieu Gafsou, Yann Gross, Christian Lutz, Gianni Motti, Arnold Odermatt, Plonk & Replonk, Andri Pol, Francis Reusser, Nicolas Savary & Tilo Steireif, Christian Schwager, Jules Spinatsch, Martin Stollenwerk, Karlheinz Weinberger

© Yann Gross, Val et la saucisse, 2005, de la série Horizonville. Courtesy Musée de l’Elysée, Lausanne

© Christian Schwager, Cabane de montagne, 1942, bunker d’infanterie, All’Acqua TI, 2004. Courtesy Musée de l’Elysée, Lausanne

Partager