Sally Mann

Du 06 mars 2010 au 06 juin 2010

Sa famille, sa terre

Sally Mann, Valentine Windsor. De la série "Deep South", 1998.

Pour la première fois en Suisse, une exposition présente l’œuvre de Sally Mann. S’étendant sur vingt ans, le travail de cette photographe américaine (née à Lexington, en Virginie, en 1951) traite des thèmes de l’intimité et de l’inexorable marche du temps. Les images de ses trois enfants, qu’elle a réunies en 1992 dans le livre Immediate Family, suscitent la controverse tout en la propulsant au sommet de la scène photographique américaine. L’œuvre se développe autour de portraits – notamment ceux de ses enfants qu’elle regarde grandir – et de paysages qui semblent hors du temps et envahis par une nature exubérante et chargée de symboles. Les photographies plus récentes nous interpellent d’une autre manière en questionnant la vieillesse, la disparition et la décrépitude. |L’utilisation d’équipements photographiques anciens et le recours aux procédés du dix-neuvième siècle confèrent une densité particulière à l’image. Les longs temps de pose semblent capturer l’air, l’atmosphère et la lumière. Sally Mann parvient ainsi à donner à son travail une grande authenticité tout en l’inscrivant dans la tradition du sublime de l’art américain. La fragilité se reflète aussi dans les portraits serrés de ses trois enfants, dont le grand format invite à la contemplation. Devenus adultes, on peine à distinguer Emmet, Jessie et Virginia, tant la matière photographique domine le sujet. En travaillant ses négatifs sur plaque de verre avec le procédé du collodion humide, Sally Mann questionne à nouveau la mémoire et la disparition. Elle-même dit plutôt chercher à saisir « ce qui reste ».

L’exposition, conçue par Sally Mann en collaboration avec Hasse Persson, a rencontré un grand succès depuis sa présentation à Stockholm. Elle a circulé à Oslo, Helsinki, Helsingborg, Copenhague, ainsi qu’à La Haye, où elle a obtenu un record de fréquentation au Fotomuseum.

William A. Ewing clôt ainsi ses quatorze années à la tête du Musée de l’Elysée, en soulignant une fois de plus son engagement envers un programme riche et varié, composé d’expositions monographiques, collectives et thématiques. Entre 1996 et 2010, le Musée de l’Elysée a présenté 286 expositions, dont un certain nombre ont voyagé à travers le monde. Ainsi le projet Edward Steichen, vu par plus de 750'000 personnes depuis sa création en 2007, terminera ses trois années d’itinérance aux Etats-Unis.   

Partager