Raphaël Dallaporta : Protocole

Du 18 juin 2010 au 25 juillet 2010

Raphaël Dallaporta, "BLU-97, Etats-Unis". De la série "Antipersonnel", 2004.

C’est avec une attention particulière que le Musée de Elysée suit la carrière du photographe français Raphaël Dallaporta (1980), révélé il y a cinq ans dans l’exposition reGeneration. Son talent fut remarqué en 2004 avec la série « Antipersonnel ». Ses images de mines antipersonnel, qui se définissent par une rigueur méticuleuse, suscitaient à la fois fascination et répulsion. En 2006, il poursuivit son œuvre engagée avec la série « Esclavage domestique », qui montre les façades ordinaires de logements abritant des employés de mai-son clandestins. Le photographe a choisi de garder ses distances avec les victimes dont l’absence des images renvoie à la vie cachée de ces êtres maltraités qui pourraient être nos voisins. La série « Fragile », qui date de 2010, s’inscrit dans une démarche similaire : les organes de personnes défuntes sont isolés – tels des indices – pour déterminer les causes de la mort. A nouveau, l’objet est documenté de façon frontale et distante. La force du travail de Dallaporta naît de la confrontation d’images « neutres » et de textes évoquant la souffrance humaine. Les humains sont absents des photographies de Dallaporta et pourtant ils se trouvent au centre de son travail.

 

A l'Espace Arlaud:


Place de la Riponne
CH - 1005 Lausanne

 

Horaires:
Mer-ven, de 12h00 à 18h00
Sam-dim, de 11h00 à 17h00

 

25e ANNIVERSAIRE DU MUSEE DE L'ELYSEE
Programme des expositions d'été

Raphaël Dallaporta, "BLU-97, Etats-Unis". De la série "Antipersonnel", 2004.

Rapahël Dallaporta, "F-1, France". De la série "Antipersonnel", 2004.

Partager