Ella Maillart

Du 19 juin 2003 au 19 octobre 2003

Sur les routes de l’Orient

Ella Maillart, descente du col de Djengart, Kirghizie, 1932

Douée d’une énergie extraordinaire, d’un esprit indépendant et d’une curiosité très vive, Ella Maillart (1903-1997) n’a cessé d’affirmer son désir de liberté et d’aventure. Au cours de ses voyages, comme dans ses livres, ses photographies et ses conférences-projections, elle a témoigné de sa rencontre avec les cultures d’Asie, brillé par son érudition et recherché une forme de sagesse.

 

Ella Maillart pratique la photographie dès son premier grand voyage, à Moscou en 1930. C’est alors qu’elle se familiarise avec le cinéma d’avant-garde russe. Par leur dynamisme, ses images en révèlent l’influence, tandis que son esthétique reste d’une grande sobriété, privilégiant l’immédiateté. Le contact humain préside à toutes ses photographies, qui ont souvent un caractère ethnologique. Ses images témoignent d’un profond respect et d’un sens de l’échange, ce que révèlent les regards, peu habitués à l’appareil photographique.

 

Aux années de jeunesse comblées par les exploits sportifs (la voile, le ski et le hockey sur gazon) et les voyages audacieux à la recherche de différences, succèdent celles de la maturité empreinte de sérénité, sensible aux ressemblances entre les hommes. Après s’être nourrie du silence de l’immensité des hauts plateaux tibétains, Ella Maillart aborde l’expérience du voyage intérieur initiée en Inde.

Ella Maillart, Nobles Khalkas sous la yourte, Mandchourie, 1934

Ella Maillart, entre Tabriz et Makou, Pont Seldjoukide, Azerbaïdjan Occidental, Iran, 1937

Ella Maillart, temple de Rajarani, Bhubaneswar, Orissa, 1962

Ella Maillart, couple Karakalpak, compagnons d’Ella Maillart à Kopalik, près de Hiva, Ouzbékistan, 1932

Partager