Ferenc Berko : Fascination pour l’ordinaire

Du 23 novembre 2020 au 15 janvier 2021 9h00 à 18h00

Ferenc Berko, New York, Etats-Unis, 1951 © Ferenc Berko, The Ferenc Berko Photo Archive ; Collections du Musée de l’Elysée, Lausanne

Réalisée à partir des collections du Musée de l’Elysée, l’exposition Ferenc Berko : Fascination pour l’ordinaire présente 38 photographies issues des sept décennies de la carrière de l’artiste. L’œuvre de Berko couvre une grande partie du XXe siècle. Depuis ses premières photographies documentaires sur l’Europe de l’entre-deux-guerres et ses images presque surréalistes du quotidien jusqu’à son expérimentation ultérieure de la photographie couleur, l’influence de la modernité sur l’ensemble de son œuvre est exemplaire.

Né dans une famille juive en Hongrie au milieu de la Première Guerre mondiale puis élevé en Allemagne, Ferenc Berko a vécu les trente premières années de sa vie dans une Europe en proie à de nombreux troubles politiques. Cette instabilité générale a eu des répercussions directes sur sa propre vie. Il a notamment dû déménager à Londres en 1932 afin d’échapper à la persécution nazie. Plusieurs années plus tard, alors que la guerre contre l’Allemagne se profile en Europe, Berko et sa femme Mirte s’installent en Inde où il travaille d’abord comme cameraman pour un studio de cinéma, puis comme producteur de films documentaires pour l’armée britannique. Néanmoins, tout au long de ces périodes bouleversées, la photographie est restée pour lui une pratique continue.

Berko a commencé à prendre des photographies à l’âge de 12 ans et, à 16 ans, il possédait déjà un Leica. Les circonstances l’ont rapidement mis en contact avec d’éminents photographes contemporains, tel le professeur du Bauhaus László Moholy-Nagy, qui influencera son approche tout à la fois documentaire et formaliste.

L’indépendance de l’Inde en 1947 met fin à l’engagement de Berko au sein de l’armée britannique. En l’apprenant, son mentor de longue date, László Moholy-Nagy, qui avait depuis fondé l’Institute of Design à Chicago (également connu sous le nom de The New Bauhaus), lui offre un poste de professeur au département de photographie. Bien qu’il n’y ait enseigné que deux ans, les Etats-Unis sont devenus son pays d’adoption jusqu’à sa mort en 2000. Une fois en Amérique, à une époque où presque tous les photographes d’art défendaient la photographie en noir et blanc, Berko consacre une grande partie de son temps à expérimenter la couleur et devient l’un des pionniers de cette technique aux Etats-Unis.

La fascination pour l’ordinaire, une des caractéristiques de Berko, se manifeste de diverses manières dans son œuvre. Si ses premières images captent la curiosité apparente d’inconnus et s’attachent à des scènes de prime abord ordinaires dont il dégage néanmoins la dimension surréaliste, ses œuvres ultérieures dépeignent le quotidien sous de nouveaux angles ou dans des couleurs vives et contrastées.

Commissaire
Hannah Pröbsting, Musée de l'Elysée

Conférence de presse
Lundi 23 novembre 2020 de 10h à 11h

Informations pratiques
Exposition du 23 novembre 2020 au 15 janvier 2021
Du lundi au vendredi de 9h à 17h
Hall UBS – Place St-François 16
Entrée libre

Partager