Des légendes pour de Jongh

Du 29 mai au 25 août 2019

Gaston de Jongh, Hôtel de la paix, 1949 ©Musée de l'Elysée / Fonds de Jongh

Le Fonds de Jongh est au cœur d’un chantier pilote mené par le Département des collections. Relativement bien documenté, il comprend néanmoins de nombreuses photographies pour lesquelles nous recherchons des informations, principalement pour identifier des lieux et reconnaître des bâtiments.

La documentation des photographies est une étape cruciale pour l’inventaire des collections. Datation, indentification des sujets, localisation des lieux, etc. constituent la base d’un travail minutieux, souvent méconnu du grand public.

Le crowdsourcing, en français production participative, est régulièrement utilisé par les institutions patrimoniales pour compléter métadonnées, informations associées aux objets indexés dans leurs bases de données. Cette pratique, très répandue dans le monde scientifique, consiste à rendre accessibles des corpus sur des sites web et inviter des publics (passionnés ou spécialistes) à contribuer.

Chaque type de de contribution, correspond à un besoin : géolocalisation d’images, correction de légendes, identification de sujets, transcription de textes, etc. A ce jour, le Musée de l’Elysée a peu exploité les outils de crowdsourcing. Ce premier projet vise à tester les potentiels de la production participative in situ, à définir nos besoins et apprendre à les formuler.

Aidez-nous à compléter les légendes !  

Gaston de Jongh ©Musée de l'Elysée / Fonds de Jongh

Gaston de Jongh ©Musée de l'Elysée / Fonds de Jongh

Chantier de Jongh, projet pilote

Fondé en 1868 par Edouard de Jongh (1823-1886), l’atelier de Jongh est le plus important studio de photographie lausannois et vaudois. Spécialisé dans la photographie de portrait à ses débuts, il se diversifie sous l’égide de Gaston de Jongh (1888-1973) dès les années 1920, notamment dans le domaine de la photographie publicitaire et du reportage industriel. Conservé au Musée de l’Elysée, le Fonds de Jongh se compose de plus de 10’000 tirages, près de 300’000 négatifs sur verre et sur support souple et d’un ensemble conséquent d’archives papier (carnets de commandes, brevets, correspondances, etc.).

Grâce au soutien de l’Office fédéral de la culture et de Memoriav, le Musée de l’Elysée a initié dès 2018 un chantier de traitement d’urgence de près de 150’000 négatifs sur support souple du Fonds de Jongh. Ce dispositif de traitement en chaîne, encore inédit au Musée de l’Elysée, sert de projet pilote pour le chantier des collections à venir.

Depuis l’été 2018, un atelier de restauration est installé selon les normes qui s’imposent. Il mobilise une équipe de cinq personnes. Par lot, les négatifs sont répartis entre les restauratrices qui effectuent le dépoussiérage, le report des informations (numéros de commande, type de support souple, stade de dégradation) sur les nouvelles pochettes, puis le conditionnement dans des boîtes de conservation. Celles-ci sont ensuite inventoriées par la documentaliste qui établit les liens entre le négatif et les carnets de commande. Cette étape cruciale permet non seulement de dater et d’identifier le sujet du négatif, mais aussi de comprendre le contexte de production.  

Gaston de Jongh ©Musée de l'Elysée / Fonds de Jongh

Gaston de Jongh ©Musée de l'Elysée / Fonds de Jongh


Partenaires

Le LabElysée reçoit le généreux soutien de la Fondation BNP Paribas, de la Loterie Romande et du Canton de Vaud.




LabElysée

Le LabElysée est le nouvel espace d’expérimentation du Musée de l’Elysée dédié à la culture numérique. Chantier vivant au coeur du musée, le LabElysée questionne la façon dont une institution culturelle dédiée à la photographie joue avec les nouvelles technologies.

En savoir plus