Fonds photographiques

Reconnu pour la gestion de fonds photographiques complets, le Musée de l’Elysée conserve et met en valeur des collections et des fonds qui lui ont été confiés et en gère également souvent les droits. Les tirages, négatifs, planches-contacts ou autres types de documents sont soigneusement étudiés, catalogués, numérisés et restaurés afin de constituer des archives riches et complètes.

Fonds René Burri

René Burri (1933 - 2014) est l'un des photographes les plus talentueux de sa génération. En 1959, peu après ses débuts, il devient membre de l'agence Magnum. En 1963, il réalise son célèbre portrait du Che. De nombreuses personnalités sont passées devant son objectif : Giacometti, Le Corbusier, Tinguely ou encore Picasso et Niemeyer... Décolonisation au Moyen-Orient des années 1950 à 1960, de la Guerre des six jours et de celle de Yom Kippour, de la Guerre du Viêt-Nam, crise de Cuba, Chine, Europe, Amérique... René Burri est partout où l’histoire se joue et témoigne avec acuité des événements marquants de son siècle. Fort d’une œuvre majeure et d’une réputation internationale, René Burri est aujourd’hui l’un des photographes suisses les plus reconnus.

Portfolio

Fonds Suzi Pilet

Suzi Pilet, photographe suisse née en 1916, est à l’origine d’une œuvre foisonnante qui comprend autant de portraits, paysages et détails de nature et d’architecture que d’images plus oniriques, parfois proches du surréalisme. Cet intérêt pour le monde du rêve et de l’imaginaire se retrouve également dans ses écrits. Proche du milieu littéraire et musical romand, elle est également connue pour les Histoires d’Amadou, créées avec son compagnon Alexis Peiry, ainsi que ses portraits, notamment d’enfants, qui étaient son gagne-pain.

Les archives photographiques de Suzi Pilet ont été déposées au Musée de l’Elysée en 2009, et sont actuellement en cours de traitement.

Portfolio

Fonds Marcel Imsand

Autodidacte, Marcel Imsand s’initie seul, en passionné, à la photographie. Dès les années 1960, son talent et sa ténacité lui permettent de vivre de sa passion. Il s’impose rapidement, à tel point qu’il est nommé responsable de la photographie dans le grand projet d’Encyclopédie illustrée du Pays de Vaud en douze volumes (1970-1987). Il pratique alors un style documentaire très vivant. Il photographie les fêtes et carnavals, les régions en marge des grandes villes, la vie et la mort des traditions populaires (Les métiers qui s’en vont). L’activité de Marcel Imsand ne se borne toutefois pas à faire de lui un témoin des arts et traditions populaires. S’il ne craint pas de se confronter aux réalités de l’industrie, le photographe se distingue aussi avec des publications sur la ville de Lausanne et le monde du spectacle (le Grand Théâtre de Genève). Il révèle une grande sensibilité dans l’art du portrait, comme l’atteste son travail sur des personnalités telles Maurice Béjart et la chanteuse Barbara. Au total, Marcel Imsand aura réalisé une vingtaine d’ouvrages sur des sujets très divers, multipliant les collaborations avec des auteurs réputés (Emile Gardaz, Jacques Chessex, Jean-Pierre Pastori, Bertil Galland,...).

Le Fonds Marcel Imsand a été officiellement donné au Musée de l’Elysée par l’Association Marcel Imsand le 13 février 2012.
Grâce au soutien financier de l’Etat de Vaud, de la Ville de Lausanne, de la Loterie Romande, de la Confédération Suisse à travers Memoriav, un programme de restauration des images de Marcel Imsand va être mis en place.

Hommage à Marcel Imsand | Vidéo présentée à la Nuit des images 2012

Fonds Jean Mohr

Photographe de renommée internationale, Jean Mohr (né le 13 septembre 1925) a travaillé pour le compte d’organisations internationales dès les années 1950. Il a réalisé des reportages dans le monde entier. Il en résulte de précieux témoignages : des publications pour la presse suisse et internationale ainsi que pour l’illustration de livres. Il est lui-même l'auteur de plusieurs ouvrages de photographie.

Jean Mohr est également connu pour sa collaboration avec l’écrivain et critique John Berger. Ils ont signé ensemble plusieurs publications (Le septième homme: Un livre d'images et de textes sur les travailleurs immigrés en Europe; Un métier idéal: Histoire d'un médecin de campagne). Son intérêt pour le théâtre en Suisse a entre autres amené le photographe à diversifier son travail. Une partie de son oeuvre est aussi constituée de photographies plasticiennes, le plus souvent en couleur, reflet de recherches formelles dans le champ de l'art.

En 2009, la Fondation Hans Wilsdorf a fait don au Musée de l'Elysée du fonds photographique de Jean Mohr. Le fonds comprend des tirages originaux, des diapositives et des négatifs.

Avec les victimes de guerre, photographies de Jean Mohr | Vidéo portrait de Jean Mohr

Fonds Nicolas Bouvier

Ecrivain, poète, photographe et iconographe passionné. Il fera son premier voyage seul, en Laponie, à l'âge de 17 ans. Entre 1953 et 1955, un périple de la Yougoslavie jusqu'en Inde avec son ami Thierry Vernet, trouvera son écho dans la publication de L'Usage du Monde, paru en 1963, qui deviendra le livre culte de la nouvelle génération des écrivains voyageurs. Captivé par le Japon, il y vivra à deux reprises, en 1956 et entre 1964 et 1966. Son style d'écriture et ses photographies sont intimement liées et pour lui la photographie est "une autre façon d'écrire". Il deviendra plus tard "chercheur d'images", ce qui lui a permettra de constituer une collection iconographique très importante et très riche.

871 tirages originaux et environ 14'000 négatifs sont déposés au Musée de l'Elysée.


Fonds De Jongh

Famille de photographes installés en Suisse depuis 1793. Francis (1833-1912) s'installe à Vevey en 1865. Ses trois fils (Edouard, Francis et Auguste), connus sous le nom des frères de Jongh, travaillent notamment à la cour de Russie. Le fils d'Edouard, Francis (1864-1928), étudie la photographie avec Paul Nadar à Paris et s'intéresse aux procédés photographiques tels que la gomme bichromatée et les reports d'encre grasse, à la mode du pictorialisme. Son fils Gaston (1888-1973) a un atelier à la rue du Théâtre à Lausanne. Il développe également les procédés artistiques (bromures, encres grasses) et les procédés scientifiques (photographie médicale et infrarouge). Il se spécialise dans l'architecture, la mode, la publicité et les portraits.

Le fonds de Jongh contient des centaines de milliers de négatifs.

Fonds Hans Steiner

Hans Steiner, photographe et reporter, porte un regard pénétrant sur le quotidien de la Suisse et ses habitants entre 1930 et 1960. La qualité et la diversité de ses travaux font de lui une des figures majeures de la photographie suisse du 20ème siècle. Le fonds en possession du Musée de l’Elysée, comporte des milliers de tirages originaux (à l’inventaire), des milliers de planches contacts (à l’inventaire), des centaines de diapositives (à l’inventaire), 106’000 négatifs, bref un ensemble de phototypes très important provenant de la famille et de la succession du photographe.

Site officiel du projet Hans Steiner


Fonds Ella Maillart

C'est une des voyageuses les plus étonnantes du 20e siècle. Exploratrice par quête de vérité, photographe par goût, écrivain et journaliste par nécessité, Ella Maillart (1903-1997), célèbre pour ses multiples exploits sportifs, ses voyages et ses livres, va parcourir, dès les années 1930, les régions les plus reculées de la planète dans des conditions qui relevaient de la plus pure aventure.

Sujets : Photographie de voyage, Asie centrale, Inde, Népal
La collection Ella Maillart comprend 11'137 positifs et environ 20'000 négatifs.

Site officiel d'Ella Maillart

Fonds Gertrud Fehr

Gertrude Fehr étudie la photographie à Münich dans les années 1920. Elle ouvre un atelier spécialisé dans le portrait et la photographie de théâtre, puis avec son mari peintre, Jules Fehr, l'école Publiphot à Paris. Elle sera transférée en 1940 à Lausanne et connue dorénavant sous le nom d'Ecole Photographique de la Suisse Romande qui sera affiliée ensuite à l'Ecole des Arts et Métiers de Vevey. Elle collabore régulièrement avec les magazines d'art, les illustrés et les périodiques spécialisés dans la photographie.

Le musée possède 257 positifs et des milliers de négatifs.

Fonds photographique Charlie Chaplin

Constituée de tirages vintages et de négatifs, ces archives documentent l’ensemble de la carrière de Charlie Chaplin (1889-1977). A ces documents, collectés film après film depuis la fin des années 1910, s'ajoutent des images plus intimes. L'exposition Charlie Chaplin, images d'un mythe, produite par le mel et présentée au palais lumière d'Evian du 15 Dec 2011 au 20 mai  2012, a donne un aperçu de l'ampleur de la richesse du fonds photographique Chaplin en présentant plus de 200 oeuvres

Plus d'information

Fonds Rudolf Lehnert & Ernst Landrock

Après avoir fait l'école de photographie de Vienne, Rudolf Lehnert voyage et découvre la Tunisie pour la première fois en 1903. Dès son retour, il rencontre Ernst Landrock en Suisse, avec lequel il s'associe pour créer la maison d'édition Lehnert & Landrock. Ernst Landrock en sera le gestionnaire. Ils s'installent à Tunis entre 1904 et 1914, date à laquelle le studio est fermé à cause de la guerre. Rudolf Lehnert travaille ensuite (de 1924 à1930) en Egypte, photographiant, entre autres, les objets de la tombe de Toutankhamon. Il rentre à Tunis en 1930 et continue son travail de portraitiste, après s'être séparé de associé. En 1939, il prend sa retraite et reste jusqu'à la fin de sa vie (1948) en Tunisie.

Sujets: Tunisie, Algérie, Egypte, Palestine. Paysage et portraits.
691 tirages originaux et 600 plaques de verre font partie de la collection.

Collection iconographique vaudoise

Créée par le pasteur Paul Vionnet (1830-1914), cette collection consacrée à l’histoire vaudoise est au fondement même du Musée de l’Elysée comme musée de l’image en 1985. Ce fonds comprend une grande variété d’objets : gravures, dessins et publications en tout genre. La photographie en constitue l’essentiel avec plusieurs centaines de milliers de phototypes (négatifs, tirages, planches-contacts, albums) couvrant l’histoire de la photographie locale depuis le daguerréotype dans les années 1840 jusqu’à la production des années 1980.

A partir des années 1960, la photographie devient objet de collection et entre dans les musées d’art. La Collection iconographique s’enrichit de nombreux fonds de photographes locaux tels que André Schmid et Gaston de Jongh.

Exposition La mémoire des images (2015)
Site internet de la Collection iconographique vaudoise