Anonyme, Sans titre

Photographie d'une baigneuse, épreuve gélatino-argentique, 23.5 x 17.5 cm © Musée de l’Elysée, Lausanne

Image originale et Audio description

Photographie anonyme d'une baigneuse

Sur cette photographie de couleur sépia, une jeune femme pose, dans ce qui semble être un studio de photographie. Portant un maillot de bain rayé, probablement un deux-pièces comme il était coutume d’en porter dans les années 1920, elle est assise sur un petit banc en bois. Son haut sans manche épouse les contours de son torse. Il est accompagné par une culotte longue lui arrivant à la mi-cuisse, révélant ainsi ses formes délicieusement voluptueuses. A l’époque, les maillots de bain étaient souvent de couleurs vives – rouge, bleu ou vert – des couleurs qui étaient atténuées par des rayures blanches, plus sobres. Etant donné que l’image présente des tonalités brunes, nous ne pouvons qu’imaginer les couleurs éclatantes du maillot de bain de la jeune femme. Les jambes croisées, elle pose en plaçant ses deux mains sur sa taille. Elle porte un chapeau à larges rebords, retenus par une broche. Elle penche délicatement la tête vers le côté et sourit à la caméra. Son sourire est discret et mutin. Ses cheveux sont foncés, coiffés en petites couettes et entrelacés de rubans. Le mur devant lequel se tient la jeune fille est recouvert d’un papier peint d’imprimés floraux.

Bien que le photographe ait positionné son modèle au centre de l’image, tout comme le banc, nous remarquons que la fille est, quant à elle, un peu décentrée. Le photographe a fait le choix d’inclure complètement le chapeau du modèle, mais n’a, par contre, pas photographié les jambes de la jeune femme en entier. En effet, l’image s’arrête juste au-dessous des chevilles. Dès 1913, les ourlets des jupes étaient plus relevés. Les femmes commençaient petit à petit à montrer leurs chevilles.

La photographie a été achetée par le Musée de l’Elysée. Une fois acquise, aucune date et aucun nom n’ont été retrouvés. Ce travail fait maintenant partie de la collection des 4948 anonymes du Musée de l’Elysée. Cette collection regroupe de nombreuses photographies souvent sans dates et sans informations concernant les auteurs ou les circonstances de leur création.

Après de rigoureuses observations, les conservateurs du musée ont néanmoins réussi à dater l’image autour des années 1920. La baignade comme activité de passe-temps était en vogue dans ces années-là. La mode de ces maillots de bain est aussi un élément très représentatif de cette époque, ce qui a aidé à situer cette image dans le temps.

Cette photographie est une épreuve gélatino-argentique de 23,5 cm sur 17,5. Ce procédé, introduit par Richard Leach Maddox en 1871, produit des images grâce à mélange de sels d’argent et de gélatine. Ces images sont ensuite placées sur des supports tels que du verre, du plastique mou, des films, du papier baryté ou encore du papier en couche de résine. L’épreuve gélatino-argentique était le processus photographique le plus utilisé des années 1880 jusqu’aux années 1960, avant que la photographie couleur devienne dominante.

Image tactile à télecharger

Vous avez devant vous la représentation tactile d’une photographie sur une page aux dimensions de 21,8 cm par 27,7. L’image est entourée d’un cadre carré qui vous permet d’en distinguer les contours. Pour débuter la lecture de l’image, dirigez votre main vers le cercle qui se trouve sur le côté inférieur droit. Cette zone circulaire en relief est duveteuse. Directement à la gauche de ce rond, vous sentirez une série de lignes verticales qui mène vers un rectangle composée de lignes horizontales. Cet ensemble de ligne forme un banc sur lequel la femme anonyme est assise. Les traits verticaux représentent les jambes de ce banc et les horizontales forment l’assise qui occupe la partie inférieure de l’image de gauche à droite.

Directement au centre de l’image, vous trouverez le sujet de la photographie, une femme assise posant ses mains sur les hanches. Elle est vêtue d’un maillot de bain à rayures noires et blanches et porte sur sa tête un chapeau à larges rebords. La silhouette de ce modèle est représentée par une ligne épaisse. A l’intérieur de cette silhouette, des lignes horizontales traitillées dessinent les rayures de son costume. Son chapeau, au sommet du centre de l’image, est aussi représenté par une ligne épaisse. A l’intérieur vous sentirez des petits cercles. Directement au-dessous de son chapeau, se dessine la chevelure de cette femme. Celle-ci est indiquée par des petits traits ondulés rappelant ses cheveux bouclés. Sur son visage vous sentirez ses yeux qui regardent fixement le spectateur.

Curieusement, elle ne se trouve pas dans un décor extérieur, mais dans un espace intérieur comme l’indique le mur revêtu d’un papier peint à motifs qui se situe derrière la jeune femme. Ce décor semble indiquer qu’elle pose pour un portrait.  Si vous retournez au point d’orientation initial dans la zone inférieure droite de la photo, vous sentirez directement à droite de ce rond une série de marques. Ces marques sont présentent tout le long du côté droit de la page. Elles représentent les motifs floraux qui décorent le fond de papier peint. Ces motifs se distinguent par des lignes incurvées, des fleurs et des feuilles. La partie gauche de l’image étant très éclairée, ces motifs y sont beaucoup moins visibles.