Naomi Leibowitz

Dans le cadre de ses travaux sur le thème du rituel quotidien, l'artiste américaine Naomi Leibowitz visite les photomatons de New York et Chicago et, insérant les pièces dans le monnayeur, obtient des photographies des intérieurs des machines. La série présente le décor austère et standardisé de la cabine : une cellule faite de murs avec un rideau servant de fond. Son projet propose une sorte de typologie des rideaux, seul élément changeant de ce décor, évoquant les différents usages de la machine : les coloris neutres (blancs ou gris) rappellent que le photomaton produit les portraits normés destinés aux papiers d'identité ; tandis que les rideaux de différentes couleurs, voire même imprimés panthère, offrent un décor plus propice pour immortaliser les moments intimes et ludiques. Naomi Leibowitz qualifie le photomaton de " haut lieu archaïque de la photographie de l'éphémère ". En agrandissant les bandes photomaton à une dimension de 180 x 40 cm, elle transforme l'intérieur de la cabine en scène de théâtre où le spectateur attend le levé du rideau. (Image : Série Booth [Série Cabine] # 07 © Naomi Leibowitz)