Michel Salsmann

1965

Né en 1948 à Colmar, Michel Salsmann, peintre, graveur et photographe, s’intéresse à la mémoire des visages. Depuis 1964, il se photographie tous les jours et a accumulé plusieurs dizaines de milliers d’autoportraits. Salsmann est fasciné par le dispositif automatique du photomaton qui garantit une certaine standardisation des images. L’artiste est une sorte de voyageur du temps qui s’explore dans toutes ses compositions d’être ; et la machine lui permet d’enregistrer avec la même rigueur les multiples variantes et variations de son visage sans jamais rien dévoiler de son intimité. En 1995, il commence à scanner ses portraits et à les superposer dans une séquence chronologique progressive. Ces impressions numériques multicouches produisent ainsi des visages quasi génériques voire énigmatiques. Présentées en série, ces images de synthèse de vieillissement révèlent la dissolution du visage au cours du temps et rappellent qu’elles ne sont que le reflet de l’apparence. (Image :
MS. 6594 © Michel Salsmann / Collection Musée de l’Elysée, Lausanne)