Dick Jewell

L’artiste britannique Dick Jewell s’est intéressé aux portraits photomaton dès 1968. Pendant une dizaine d’années, il récupère les photographies abandonnées près des cabines de Brighton et de Londres. Sa collection se distingue par l’uniformité du format des pièces, caractéristique de la période : la présentation carrée avait alors remplacé le principe de la bande car elle offrait plus d’options (un groupe de quatre petites photographies ou un grand portrait). En 1978, Jewell publie à compte d’auteur Found Photos [Photos trouvées], la première publication consacrée aux photomatons anonymes. Ce petit livre précieux, dont chaque page est illustrée par une pièce de la collection, rend compte de la technique, parfois défaillante, de la machine et constitue un témoignage historique sur cette pratique sociale. Le succès de cet ouvrage, réédité en 1981, annonce l’intérêt grandissant pour la photographie vernaculaire. La même année, Dick Jewell consacre ces images en présentant les photomatons originaux soigneusement alignés dans des cadres. (Image : Found Photos Pages 1-46 (minus Page 14) (Photos trouvées pages 1-46 sauf page 14)© Courtesy Rachmaninoff’s, London and the artist)